Communiqué : pourquoi nous démissionnons

Monsieur Laurent Torrecillas, Monsieur Denis Chandon, Madame Véronique Corteggiani-Chénier, et Madame Laurence Lachaise, tous les quatre administrateurs élus et issus de la liste « Un Nouvel Elan pour le Volley-Ball Français », ont pris la décision collective de démissionner du conseil d’administration de la FFVB le vendredi 08 juillet 2016.

Cette décision ne constitue absolument pas un abandon des clubs qui nous ont apporté leur confiance lors des élections intermédiaires de 2015. Elle n’est également pas motivée par nos divergences d’idées quant à la voie à suivre pour développer notre fédération. Les différences de point de vue font partie du débat démocratique qui doit perdurer au sein de notre organisation.

En revanche, nous ne pouvons plus cautionner des pratiques qui vont à l’encontre des principes de bonne gouvernance et d’une gestion efficace de la maison fédérale. Nous avons alerté à plusieurs reprises l’exécutif sur des enjeux sensibles et pour lesquels nous n’avons été ni écoutés, ni entendus. Aujourd’hui, nous considérons que l’occultation de ces enjeux met en péril l’avenir de la fédération ainsi que la pérennité de nos clubs. En conséquence, nous ne pouvons que nous désolidariser d’une telle gestion dont voici quelques aspects remarquables:

  •  L’absence totale de projet politique et de directions stratégiques. Nous avons au lendemain du titre de champion d’Europe de l’équipe France masculine, soit en octobre 2015, sollicité des réunions de travail avec l’ensemble du conseil d’administration pour bâtir un projet et prendre les mesures adéquates afin de capitaliser sur les résultats sportifs exceptionnels. Huit mois plus tard, il n’en est rien.
  • Une non-prise en compte de la réalité des clubs et de leurs besoins, notamment dans les domaines économique et sportif.
  • Une incapacité à prendre en compte et à mettre en application les décisions votées en assemblée générale.
  • Des orientations budgétaires risquées qui ne constituent en aucun cas des investissements sur l’avenir.
  • Un dialogue totalement coupé avec la Direction Technique Nationale qui ne fait qu’amplifier les relations déjà tendues entre élus et techniciens.
  • Une gestion déplorable des ressources humaines ayant des répercussions directes sur l’ensemble des actions fédérales, de l’organisation des grands événements tels que la Ligue Mondiale ou la Ligue Européenne, à la gestion des championnats et autres actions.
  • Des procédures administratives et des délais non respectés qui ne rendent pas la FFVB crédible aux yeux de ses membres et de ses interlocuteurs institutionnels et privés.
  • Une gestion de certains dossiers sensibles traités avec peu de rigueur, à l’image de celui du Pôle France de Montpellier, des services civiques ou encore, de la fusion des ligues.
  • Des procédures d’achats et d’attribution des marchés opaques, qui entretiennent la suspicion quant à leur légalité et qui n’encouragent pas à bâtir des relations de confiance avec notre base d’adhérents.
  • La mise en place d’un cadre de gouvernance allant à l’encontre de plusieurs recommandations formulées dans le rapport du CNOSF sur la gouvernance des fédérations sportives « Mieux adapter la gouvernance des fédérations aux enjeux de la société.
  • Préconisations du CNOSF », et qui va nuire au fonctionnement de l’administration fédérale au préjudice des clubs.
  • Une incapacité à protéger les intérêts de la fédération notamment en termes de marque et de valeur commerciale puisqu’aujourd’hui, la FFVB n’a même plus la propriété commerciale de l’équipe de France masculine et ce, malgré nos mises en garde répétées.

Nous avons alerté il y a peu sur le déclin de notre discipline. Comme cela s’est déjà produit par le passé, nous considérons que la fédération est en train de passer à côté d’une nouvelle opportunité de dynamiser le volley-ball en France, à l’instar de ce que le handball et d’autres sports ont su faire au cours des 15 dernières années. Nous faisons par conséquent le choix conscient de reprendre notre liberté de parole et de préparer dès à présent, un projet pour la nouvelle Olympiade.

Soyez néanmoins certains que nous sommes entièrement disposés à continuer à oeuvrer pour la réussite des actions opérationnelles sur lesquelles nous travaillons, en particulier l’organisation du tournoi de qualification aux championnats d’Europe féminin à Bordeaux en septembre prochain.

L’équipe Nouvel Elan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s