Trois questions à… Christophe Kinna

KinnaIl a découvert le volley-ball à l’âge de 14 ans au Panathinaikos, en Grèce, ses parents travaillant à Athènes. Christophe Kinna a été scolarisé dans des écoles américaines et a tout de suite participé à des compétitions en Europe et dans le Moyen-Orient grâce à ce cursus scolaire américain. A son retour en France, il a évolué dans plusieurs clubs de niveau national et régional : CASG, Fréjus, Sainte-Maxime, Saint-Tropez, Cogolin, Saint-Jean-de-Luz. A ce jour, il est encore joueur dans le Sud-Ouest à Orthe. Au cours de ces différentes expériences, il a toujours participé activement à la vie associative des clubs (bureau, entraîneur,…).

Son parcours professionnel l’a toujours amené à manager et diriger des équipes pour en arriver à son dernier poste où il dirige, depuis ces quinze dernières années, le Centre Européen de Rééducation du Sportif, côtoyant plus de 2000 patients sportifs par an, de niveau régional à international.

Quelles ont été vos motivations pour vous engager sur la liste « Nouvel Elan » ?
La tribune de Laurent Torrecillas m’a interpellé au plus haut point puisque j’ai retrouvé dans son texte beaucoup de choses qui rejoignent ma vision du volleyball en France. J’ai ensuite été appelé par Thierry Glowacz qui m’a proposé de rejoindre la liste et je n’ai pas hésité une seconde.
Je souhaite vraiment pouvoir développer notre sport à travers un plan stratégique clair, défini et compris de tous, touchant aussi bien le haut-niveau que le niveau amateur, et pouvoir travailler sur un cahier des charges médico-sportif propre aux volleyeurs et volleyeuses.

Quelle est votre vision idéale pour le volleyball ?
Ma vision idéale serait que ce sport soit à la place où il devrait être, tant au niveau masculin que féminin. Les clubs ont besoin d’une plus grande reconnaissance pour le travail fourni par les éducateurs et les entraîneurs. A nous de les aider et d’être à leur écoute.
J’ai pu constater depuis plusieurs années un manque évident d’une réelle stratégie de développement de notre volley, que ce soit en salle ou en beach. Le volleyball féminin est quasiment laissé pour compte. Nous nous devons de trouver notre place au niveau de la communication à l’instar des autres sports collectifs de salle.

Quelle sera votre contribution personnelle au projet porté par la liste « un Nouvel Elan » ?

  • Le suivi et le besoin du volley-ball amateur en étant proche et à l’écoute des clubs.
  • Le sport et la santé : fort de mon expérience dans ce milieu, j’aimerais pouvoir travailler avec le corps médical sur les risques liés à notre sport.
  • Mettre mon réseau de relations professionnelles au service de l’intérêt général de la fédération pour pouvoir trouver des partenaires qui nous accompagneront dans les fondations d’un développement harmonieux et performant de notre sport.

Je suis très motivé à l’idée de pouvoir travailler en équipe au développement de notre fédération.
Notre liste « un Nouvel Elan » est composée de personnes qui n’ont pas besoin de reconnaissance mais qui ont une motivation et une expérience et qui seront bénéfiques pour l’évolution de la fédération.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s